Rencontre avec Sophie Cohendet, co-dirigeante bienveillante de Learn Assembly

Rencontre avec Sophie Cohendet, co-dirigeante bienveillante de Learn Assembly

 

Présentation de la société

 

Learn Assembly est concepteur et producteur de projets de formations innovantes, autour des transformations digitales et managériales des organisations.

Ses services s’adressent essentiellement aux grands groupes et leurs salariés de différents secteurs

Dans des sociétés bancaires (AXA, BNPPARIBAS,…) industrielles (Thalès, Safran, …) ou agro-alimentaires (Nestlé, Bel…).

Pour continuer à se développer, les dirigeants ont dû faire preuve d’agilité et faire évoluer leur mode d’organisation. Et il faut que les collaborateurs adhèrent.

 

Le partage de la vision stratégique de l’entreprise pour donner un sens à son travail

 

Les collaborateurs sont alors impliqués dans le développement de la stratégie d’entreprise en toute transparence. « Tous nos collaborateurs savent ce que l’on fait mais le pourquoi peut paraitre un peu plus compliqué.  Il est essentiel d’expliquer à l’équipe pourquoi on le fait. »

La raison d’être de Learn Assembly ?

Maintenir l’employabilité de milliers de salariés dont les compétences deviennent obsolètes avec la transformation digitale de leur organisation en les « encapacitant » (empower en bon anglais) c’est-à-dire en développant la capacité d’agir des salariés par des expériences de formation innovantes. Cette raison d’être est forte et favorise une autonomie et une responsabilité forte des collaborateurs de Learn Assembly au quotidien notamment pour guider leurs décisions et comportements.

Le sens acquit, il s’agit maintenant de développer la stratégie. L’équipe repart de cette raison d’être et décline des objectifs collectifs en s’aidant d’un Balanced ScoredCard  selon 4 axes : finances, clients, processus internes et apprentissage.

« L’idée est de traduire la vision, que je travaille avec mon associé, en objectifs opérationnels avant de les présenter à l’ensemble de l’équipe. L’équipe revoit et challenge ces objectifs, puis chaque collaborateur se propose de contribuer sur tel ou tel objectif.

La fonction du collaborateur l’amène naturellement à prendre en charge certains objectifs. Mais il peut également prendre l’initiative de prendre le lead sur une tâche s’il y voit un intérêt personnel, tel que monter en compétences sur un sujet particulier ou un souhait d’évolution. Puis on délimite ensemble les délais de réalisations .

On peut bien-sûr se demander ce qu’il peut se passer lorsqu’il reste des objectifs qui ne sont pas pris en charge.

« Si un objectif  ne tombe dans le panier de personne, c’est qu’il manque quelque chose et qu’il faut retravailler. Normalement, cela ne doit pas arriver si  les objectifs sont suffisamment détaillés en amont, que tout le monde comprend notre mission et notre raison d’être ».

On comprend que l’empowerment s’applique également au sein de la structure où chaque membre de l’équipe est responsabilisé. Son engagement est plus fort. Tous les membres se sentent impliqués dans la stratégie entreprise et agissent ! Ce qui constitue un facteur de motivation à ne pas négliger.

« Il est également important de connecter chaque personne au le sens de son travail notamment en faisant en sorte que la voix du client soit entendue par le salarié ». En effet, il est important pour l’équipe de comprendre toute la préparation d’un service ou produit de formation mais il est tout aussi primordial de savoir comment il est perçu et reçu par le client.

Aussi pour les associés, il est nécessaire de remonter cette voix du client à l’ensemble de l’équipe qui a contribué sur le projet et plus largement : « Que ce soit du service de montage vidéo au service de facturation ! » Cela donne également une autre dimension au client de voir l’ensemble des travaux accomplis par les équipes pour arriver à produire ce service.

 

Les valeurs de l’entreprise

 

L’organisation et les méthodes de travail paraissent simples tant elles sont semées de bon sens. Mais c’est parce qu’elle est fondée sur des valeurs qui régissent cette entreprise, définie par les salariés eux-mêmes : Exigence - Indépendance - Audace - Authenticité - Bienveillance

Ces valeurs forment l’identité de l’entreprise et sont portées par l’ensemble de l’équipe. « Tous les membres de l’équipe ont listé des valeurs personnelles pour ensuite converger vers 5 valeurs communes. Puis on travaille à les faire vivre au sein de l’entreprise »

Pour faire perdurer ces valeurs, il est essentiel que chaque nouveau collaborateur y adhère. Le recrutement par exemple se base sur ses valeurs. A noter, le processus de recrutement est assuré également par les salariés, le candidat doit obtenir l’unanimité de tous les membres rencontrés avant toute embauche. Cela donne beaucoup de responsabilités aux salariés impliqués dans le processus.

 

Des limites ?

 

On peut en effet s’interroger sur les limites de ce système.

« Forcément, lorsqu’il y a plusieurs personnes autour de la table, les avis peuvent diverger. Il y a des moments où ça ne marche pas. Lorsqu’il faut vraiment trancher une décision, cela arrive, les associés finissent par le faire mais auparavant il y aura toujours eu une fenêtre d’échanges. Nous prenons soin d’écouter tout le monde. Dans ce cas, la décision ne sera peut-être pas partagée mais elle aura été comprise intellectuellement et débattue. »

Il est dans tous les cas indispensable que le salarié se sente libre de s’exprimer et d’être force de proposition car on lui donne de l’importance dans les décisions.

 

Des outils pour favoriser une ambiance conviviale

 

Pour en arriver là, il faut que la culture d’entreprise soit forte. Aussi bien par ses valeurs que par ses actions. Aussi, la société met en place différents dispositifs pour trouver une cohésion d’équipe et une ambiance plus conviviale.

- Un outil de mesure d’humeur : C’est un questionnaire que l’on propose aux salariés toutes les semaines qui permet d’avoir une vision de l’état d’esprit de l’équipe. Cet outil leur permet également de « super-liker » des collègues de manière à favoriser la reconnaissance latérale dans l’équipe.

- Les Rituels : toutes les occasions pour se retrouver hors du travail comme un petit-déjeuner du nouvel entrant ou de remerciement en fin de projet.

- Drinks and Learn : Tous les jeudis soirs, une personne de l’équipe peut partager ses connaissances ou inviter quelqu’un pour partager son expérience (ex : cours de photo, de montage vidéo ou une interview passionnante avec la Chief Happiness Officer de Doctolib)

- Tous les 3 mois, ½ journée en Team Building pour renforcer l’esprit d’équipe et parler de la croissance de l’entreprise

« Il est également important de se retrouver avec mon associé quelques jours /an pour faire le point, dans une sorte de Team Building à 2 ! »

« Il faut arriver à maintenir ces événements assez régulièrement. Cela demande beaucoup d’investissement mais j’adore ! Il faut savoir faire des choix et jongler entre l’équipe et les clients.

Au final, je ne regrette pas car les collaborateurs s’investissent dans le projet. »

 

Fama, activatrice du bien-être en entreprise

 


Partager cet article

Commentaires


Aucun commentaire pour cet article.

DEPOSER VOTRE COMMENTAIRE